« Je voulais me prouver que je peux toujours explorer de nouvelles sensations »

Miguel BOSCH MERINO

On trouve tous les types de profils sur la liste d’inscrits au HALF MARATHON DES SABLES FUERTEVENTURA : des personnes peu sportives qui se lancent un défi, des crossfitteurs, des marathoniens, des ultra-trailers, des concurrents du MDS MAROC qui souhaitent découvrir un autre désert, mais aussi des triathlètes. Miguel BOSCH MERINO en fait partie : avec 5 Ironman (3,8 km de natation, 180 km de vélo et 42,195 km de course à pied) et une flopée de Half Ironman terminés, on peut indubitablement dire qu’il fait partie des amateurs du triple effort.

 

Pourtant, Miguel n’est pas sectaire : il aime tenter de nouvelles expériences, comme le HALF MDS FUERTEVENTURA : « Je voulais me prouver que je peux toujours explorer de nouvelles sensations. Mon but à Fuerteventura est de terminer avec le sourire au visage. » Un sourire comme celui qu’il arbore sur les photos finish de ses courses, que ce soit des Ironman ou des courses à pied. Miguel a en effet tenté une fois l’expérience du marathon « sec » (non couru dans le cadre d’un triathlon), à de nombreuses reprises celle du semi-marathon, et il a même tenté et réussi El Cruce Columbia, une course de 100 km en Patagonie, en 3 étapes.

 

Le MDS ? « Il a toujours fait partie des choses que je devais faire un jour. Mais il est un peu effrayant de par la distance et les modalités de la course. » Sept jours d’autonomie, un campement sommaire au cœur d’un désert réputé hostile : Miguel juge qu’il vaut mieux passer par la case HALF MDS pour s’assurer de réussir son coup le jour où il tentera de décrocher sa médaille marocaine. Un raisonnement tout à fait valable !

 

Comme la plupart des triathlètes, Miguel s’entraîne dur : natation, vélo et course à pied à raison de 10 heures par semaine. Et en parallèle, bien sûr, vie de famille et travail : « Je suis marié à Carolina depuis 8 ans, nous avons deux enfants, Maria Carolina (4 ans) et Miguel (2 ans). Je travaille dans la construction, donc beaucoup en extérieur. » Là où ils vivent, les BOSCH MERINO sont à mille lieues des déserts arides propres au MDS : « Nous vivons à Villahermosa Tabasco, dans le sud-est du Mexique. Ici c’est la forêt tropicale, 35°C et 90% de taux d’humidité… »

 

Miguel risque de connaître quelques difficultés d’adaptation au tout début du HALF MDS, mais le Mexicain a de la ressource ! Il a réussi à terminer El Cruce Columbia, malgré « trois jours de pluie glaciale ». Alors quatre jours de chaleur torride ne pèsent pas bien lourd : « Si vous décidez de prendre le départ d’une course, vous vous devez de terminer. » Ce concept est aussi valable dans la vie de tous les jours : on comprend vite que Miguel n’est pas du genre à s’engager à la légère, une manière de vivre qu’il transmet à ses enfants.

 

Miguel prendra le départ du HALF MDS FUERTEVENTURA en équipe : « Je participerai avec ma sœur Paula GRACIELA BOSCH et un ami, Juan Manuel GONZALEZ. » Sa devise : « Vous ne vivez qu’une fois, mais si vous en profitez, une fois suffit ! »