Tous ensemble sous la ligne d’arrivée

Alice, Agnès & François LARATTA (D0070-D0069-D0071-FRA)

Tags:

Une famille de sportifs : François et Agnès (père et mère) pratiquent le VTT, le trail et le triathlon depuis 25 ans, alors que leur fille, Alice, s’est mise au triathlon à 8 ans. Tous participent à des compétitions en trail et triathlon, avec pour les parents des distances Ironman (Gérardmer, Roth). François a déjà participé au MARATHON DES SABLES trois fois : 2012, 2013, 2015. Pour sa femme et leur fille ce sera une première. Leur devise : « Tous ensemble sous la ligne d’arrivée. »

 

Dans la vie civile, François est chef d’entreprise, Agnès enseignante, Alice étudie à l’ESCE de Lyon. Ils aiment tous les voyages, l’outdoor, la montagne. Petit détail qui n’en est pas vraiment un : Alice est végétarienne.

 

Le MDS, les parents l’ont connu au travers des reportages TV et des magazines, et Alice l’a découvert grâce à ses parents. Leur appétence avec le MDS est proportionnelle : François rêve d’une semaine de vacances hors du quotidien, Agnès d’une aventure humaine qui la pousse à ses limites, et Alice à un défi hors du commun. François craint les ampoules, les deux filles la chaleur.

 

Ils se sont entraînés assez sérieusement, 4 sorties course à pied par semaine dont une longue avec sac-à-dos, ainsi que du vélo et de la natation. Le fait de participer en famille les motive et leur permet de partager leurs interrogations, mais ils pensent que ça peut aussi être source de conflit lorsque le moral baisse…

 

Ce qu’ils ont vécu de plus difficile jusqu’à présent ? L’étape longue du MDS 2015 pour François, son premier Ironman pour Agnès, et l’étape de Division 1 de triathlon à Embrun pour Alice.

 

Même si François a déjà participé trois fois au MDS, cette 32e édition est différente : « De vivre cette aventure en famille, c’est autre chose. J’ai d’autres soucis que de courir, je dois faire attention à elles. » Agnès aussi garde un œil sur la famille : « Je surveille Alice, j’ai quand même un peu peur pour elle parfois. » Quant à Alice, elle ne surveille personne, mais savoure sa chance d’être ici : « Je me suis toujours dit que je ferais le MDS un jour. À mon âge, on a plutôt envie de sortir, de s’amuser. Mais ça vaut le coup de faire quelques sacrifices pour être ici. » Alice avoue toutefois qu’elle n’a pas trop parlé de sa participation au MDS avec ses camarades, mais que ceux avec qui elle en avait parlé « ne se rendent pas vraiment compte de ce que ça représente. »

 

Tous les trois courent en équipe avec d’autres concurrents pour l’association Le Point Rose : « Nous avons connu l’association ‘Le point Rose’ au travers de reportages concernant le triathlon. L’histoire de Carla Marie nous a profondément touchés. Au-delà de l’aventure sportive, nous voulions donner du sens à notre participation en famille et courir pour soutenir cette association est devenu notre principal objectif. La résilience des personnes confrontées à la perte d’un enfant est une leçon de vie et de courage. Courir pour rendre hommage au combat des enfants et des parents dans ces situations douloureuses est source d’une réelle motivation. Et nous formons avec ‘Le point Rose’ une équipe de 15 personnes, ce qui est d’autant plus motivant. »