Un sacré baroudeur !

Abdelaziz BAGHAZZA (D0009-MAR)

Tags:

Agé de 21 ans et sans emploi, Abdelaziz BAGHASSA a peut-être trouvé sa voie, le sport d’endurance, auquel il consacre désormais le plus clair de son temps. Pour cela, il a trouvé le mentor idéal : Mohamad Ahansal. C’est ce dernier, en effet, qui l’a repéré lors d’une course de 285 km en six étapes qui se déroulait à Azilal, la région natale de Baghazza. Impressionné par le jeune athlète, le quintuple vainqueur du MARATHON DES SABLES (MDS) lui conseille alors de s’inscrire à ce raid désertique pour se frotter aux « extraterrestres ». « Tu as le potentiel pour y participer et y faire bonne figure », lui lance Ahansal. Et c’était bien vu ! Baghazza participe cette année à son premier MDS, et, depuis le début de cette 32e édition, il s’est révélé être un impitoyable compétiteur au point même de susciter une certaine méfiance de la part des habitués du podium. Une méfiance d’autant plus justifiée que le concerné ne fait plus aucun mystère de ses ambitions : « Mon objectif est de figurer parmi les trois premiers au classement final », assène-t-il peu avant le départ de l’étape emblématique du Marathon des Sables, en l’occurrence la quatrième. Atteindre ce but ne sera pas du tout une sinécure au vu de la bataille féroce qu’il devra livrer à ses compatriotes Abdelkader El Mouaziz et Mohamed El Morabity, qui, à l’issue des trois premières étapes, occupent respectivement la 2e et 3e place au classement général derrière l’intouchable Rachid El Morabity.

 

L’autre défi que Baghazza devra relever concerne la gestion de la course, qui constitue un aspect fondamental dans une épreuve comme le MARATHON DES SABLES. Heureusement qu’il en est conscient : « A cause de mon inexpérience, j’ai trop tiré sur la corde lors de la deuxième étape et cela a failli m’être préjudiciable. Il faudra donc que je fasse attention à ce paramètre. »

 

Parviendra-t-il à réaliser son ambition ? On saura la réponse au terme de l’épreuve. Mais, au vu de ce qu’il a réalisé jusqu’ici, son mentor peut d’ores et déjà se rassurer : il a parié sur le bon cheval !