« C’est l’ambiance qui nous a poussés à nous inscrire »

Françoise et Michel BLANC-BERNARD

À 72 et 73 ans, Françoise et Michel BLANC-BERNARD feront partie des concurrents les plus âgés de ce premier MARATHON DES SABLES PERU. Mariés depuis 48 ans, 2 enfants, ils vivent en banlieue de Lyon leur retraite de chirurgiens-dentistes. Une retraite paisible ? Pas vraiment : depuis une dizaine d’années, les époux BLANC-BERNARD se sont mis à la course à pied – à plus de 60 ans donc, tous les espoirs sont permis ! – et depuis ils enchaînent les épreuves de tous types. « En 2011, nous avons fait un stage avec Serge Cottereau et depuis cette période nous avons tous les deux participé à quelques semi-marathons, 8 marathons, la Saintexpress en 2016 (44 km) et quelques petits trails. »

 

Et puis il y a eu le MARATHON DES SABLES cette année, en 2017 : « ça a été notre événement sportif le plus difficile. Nous étions mal préparés au port du sac, aux longues distances et aux fortes chaleurs. » Et pourtant, même s’il s’est avéré difficile, ce MDS reste pour tous les deux la plus belle expérience : « notre meilleur souvenir sportif est quand même d’avoir reçu la médaille de finisher du MDS. » Ils terminent l’épreuve en 1017 et 1018e positions.

 

Le MDS PERU, ils y participeront avec un groupe de 6 amis d’âges très variés, de 25 à 73 ans. S’ils ne connaissent pas encore le Pérou, ils ont toutefois beaucoup voyagé, y compris en Amérique du Sud (en Équateur). Ils ont notamment bourlingué deux ans en camion 4x4 en Afrique avec leurs enfants, une sacrée expérience…

 

Leur objectif ? « Juste terminer », ce qui est déjà pas mal, non ? « C’est l’ambiance qui nous a poussés à nous inscrire au MDS PERU, l’envie de renouveler cette expérience et de nous prouver que nous sommes capables de le refaire tous les deux en couple malgré notre âge (que l’on essaie d’oublier !). »

 

Avec leur première expérience au Maroc et leur entraînement – 4 à 5 sorties par semaine pour 50 km, plus quelques randos en montagne, du vélo et du ski en hiver – gageons que notre couple lyonnais s’en sortira très bien dans le désert d’Ica au mois de décembre prochain.