« Le MDS c’est le lâcher-prise »

Alexandre et Emmanuel ELALOUF (D135&129-FRA)

Se lancer sur le MARATHON DES SABLES PERU en famille, c’est une belle manière de rehausser encore l’intérêt de cette épreuve qui s’annonce incroyable : Alexandre et Emmanuel ELALOUF sont frères dans la vie de tous les jours et au milieu du désert aussi. Pour Emmanuel, l’aîné, ce sera le départ de son troisième MDS demain, et pour Alexandre, le cadet, ce sera le second. Ils ont déjà participé à la 30e édition marocaine ensemble, et ils remettent le couvert, conquis par le concept : « Pour nous le MDS c’est le lâcher-prise, être plongé dans la nature, dans ce qu’elle a de plus simple, le désert. »

 

Comme dans toute fratrie, le grand-frère a la lourde charge de veiller sur son cadet : « Le seul truc c’est que ma mère m’a demandé de le ramener » lance Emmanuel, et Alexandre d’enchérir « Sinon il se fait défoncer et il est déshérité. »

 

Les deux frères avouent « être des diesels », il leur faut du temps pour se mettre en route mais ils ont de l’endurance, beaucoup d’endurance. Et un peu d’humour aussi : « Emmanuel finit sa soixantième année avec un beau MDS, pas mal non ? » Et l’intéressé de compléter : « Et je suis sur le point d’avoir deux petits-enfants, j’espère courir assez vite pour qu’ils m’attendent ! »

 

Tous deux partagent leur « alvéole » de 6 tentes avec un autre Français rencontré par hasard sur le bivouac, et deux femmes et un homme de nationalité roumaine. Ils apprécient cette confrontation avec les inconnus qui peuvent mener à de riches échanges. Leur équipe s’appelle Latitude 55 : « Latitude 55, comme les doigts de la main - 5 c’est une main, 5 c’est une autre main, et 55 c’est deux mains » fait Alexandre en montrant ses deux mains serrées, symbole de la fraternité qui anime ces deux participants.