Marathon des sables

Portraits

Florence AUTERIVES (FRA)

« J’espère ne pas trop manger de sable ! »

À 52 ans, la Française Florence AUTERIVES pratique le trail depuis trente ans ! Autant dire qu’elle fait partie des « défricheurs » de cette discipline, puisqu’à l’époque peu d’épreuves existaient… en dehors du MARATHON DES SABLES. « Le MDS, j’en rêve depuis sa création. Je pratique le trail depuis trente ans, mais ce n’est qu’en 1999 que j’ai couru mon premier trail long, les Templiers, et seulement en 2017 que j’ai couru mon premier ultra-trail, un 130 km au Cambodge. » Et depuis, Florence n’a pas chômé puisqu’elle a couru trois ultra-trails de plus, dont le très célèbre UTMB.

Mais entre les débuts de la traileuse et ces exploits sportifs, il y a eu une période de vaches maigres : « J’ai été opérée des deux genoux, et je suis restée quatre ans sans faire de sport. Bien sûr, dans cette période, j’ai pris 10 kg… » Ce n’est qu’en 2005 que Florence reprend le footing, et pendant une dizaine d’années elle n’arroche pas de dossard, soucieuse de retrouver son niveau d’endurance et de performance.

Des bons souvenirs de course, elle en a beaucoup, mais deux d’entre eux ressortent particulièrement : « L’ultra-trail du Cambodge, c’était mon premier ultra, et j’ai pris le départ après avoir fait 800 km à vélo en venant du Laos… C’était une sacrée aventure, et une course extraordinaire ! Et puis j’ai adoré l’expérience de l’UTMB, à la fois humaine et sportive. Malgré un temps moyen j’ai pris beaucoup de plaisir. »

Florence AUTERIVES

À l’inverse, Florence a aussi connu pas mal de moments difficiles en course, notamment sur l’Hivernale des Templiers en décembre 2017, avec « 60 km dans le vent violent, le froid avec -11 ressentis, de la neige et du verglas, des chutes à répétition et un abandon au km 42 avec des douleurs au bas du dos et un nerf sciatique bloqué… » Bien évidemment, pendant le MARATHON DES SABLES, Florence ne devrait pas rencontrer ce genre de problèmes ! Néanmoins, là encore les conditions météorologiques ne seront pas évidentes à gérer : « Ce dont j’ai le plus peur au MDS, c’est de la chaleur et de la déshydratation. Et puis j’espère ne pas trop manger de sable ! »

Portraits
qui pourraient
vous intéresser
#MDS

ALEXANDRA HEINTZ (FRA)

« Y retourner en évitant toutes les erreurs de débutante »

Emily ROLFE (D0545-GBR)

« LE MDS SERA UN DÉFI PHYSIQUE ET MENTAL EXCEPTIONNEL »

Katia BERGAMELLI (FRA)

« Derrière cet engagement sportif se cache un grand projet associatif »

Duncan SLATER (GBR)

« La défaite n’est pas une option »

Tarik El MLIH D827-MAR

LA PASSION AU SERVICE DE L’ALTRUISME

Un grand Merci

à nos prestataires, partenaires, supporters,bénévoles

OFFICE NATIONAL DU TOURISME MAROCAIN
SPOT
BODYCROSS
SIR Tracking
THÉ BELLAR
Sidi Ali
OCP
Volkswagen
DARI
TREK
TV5MONDE
Six pro
TERRES D'AVENTURE