Marathon des sables

Portraits

Alain BEN KHELIFA @Breakpicture

« J’ai vécu la même émotion en tant que coureur et photographe »

Alain BEN KHELIFA a participé trois fois au MARATHON DES SABLES en tant que coureur, et pour la première fois en 2022 du côté organisation, en tant que photographe. Une double expérience pleine d’émotion.

Alain BEN KHELIFA (FRA) fait partie de ces personnes qui ont toujours gardé le MARATHON DES SABLES dans un coin de leur tête : il a participé à la 4e édition en 1989, puis de nouveau en 2003 et 2013 pour les 18e et 28e éditions. Il a donc connu l’évolution de l’épreuve, des 170 participants de 1989 aux 1027 de 2013 : « Bien sûr on était moins nombreux, on avait moins de matériel sophistiqué, et on avait beaucoup moins de renseignements sur la course avant d’être sur place. Mais il y a toujours cet esprit de défi, de découverte, de voyage et de partage. »

MDS 2022Mais cette année, pour la 36e édition du MARATHON DES SABLES, c’est du côté du staff qu’Alain a participé, en tant que photographe : « J’ai été très surpris, en tant que concurrent on n’a pas idée de tout ce que représente l’organisation de la course pour faire vivre intensément cette traversée du désert. » Plus de 450 personnes pour environ 900 concurrents au départ, des dizaines de véhicules, une logistique démentielle, évidemment tout ceci impressionne quand on découvre l’envers du décor, mais reste quasi transparent quand on est juste ici pour participer. « Patrick BAUER fait confiance à ses équipes très expérimentées, c’est vraiment bien orchestré. J’ai eu l’impression de faire partie d’un cirque ambulant où chacun oeuvrait dans la bonne humeur. »

La question que l’on se pose, c’est bien évidemment : est-ce plus facile de participer en tant que coureur ou que bénévole ? Et Alain, du haut de ses 72 ans (eh oui !) répond avec malice : « Bien plus facile d’être coureur… quand le physique est là bien sûr. Dans l’équipe de communication, j’étais le petit nouveau, et les premiers jours on est un peu perdu, il faut être opérationnel très rapidement mais on découvre tout à la fois. On travaille en temps réel, il faut livrer des photos plusieurs fois par jour, mais on finit par se faire au rythme. Et quand enfin tout va bien, que l’on a trouvé le bon tempo, c’est déjà l’heure de rentrer… »

Ce qui est certain, c’est qu’avec ses trois autres collègues photographes, Alain a mouillé le maillot, ramenant de la piste quelques pépites malgré les contraintes du désert. « Être photographe, c’est un privilège. On est immergé dans des lieux splendides, on a une intendance à sa disposition, on assiste à des scènes magnifiques, il y a beaucoup d’émotion. Et puis voir ses photos partagées, postées sur le net, dans des journaux et magazines, c’est gratifiant. »

Et si on demande à Alain ce qui l’a particulièrement marqué au travers de ses boitiers, il a du mal à répondre… « Tous les coureurs m’ont scotché avec leurs sourires, leur fatigue visible et leur détermination. J’ai quand même en tête deux photos, l’arrivée sur l’étape 3 d’Anna COMET PASCUA (ESP) qui demande à Lionel JOURDAN (FRA) de passer devant elle, et celle de Rachid EL MORABITY (MAR) sur l’étape marathon, un cadrage anticipé avec le chrono et Patrick. Ce qui est sûr, c’est que j’ai vécu la même émotion en tant que coureur et photographe. La remise des médailles, c’était un pur moment d’émotion. »

MDS 2022

Portraits
qui pourraient
vous intéresser
#MDS

Alix NOBLAT (FRA)

"Je vais aborder le MDS en mode guerrière et avec le sourire !"

Vanessa MARCHAND (FRA)

« L’inconnu donne des ailes ! »

Michelle STEENHUIS (D0622-GBR)

EN SOUTIEN À CRISIS

Alice, Agnès & François LARATTA (D0070-D0069-D0071-FRA)

TOUS ENSEMBLE SOUS LA LIGNE D’ARRIVÉE

Paul TEMPLER (USA)

Je pense que tout est possible

Un grand Merci

à nos prestataires, partenaires, supporters,bénévoles

OFFICE NATIONAL DU TOURISME MAROCAIN
OCP
THÉ BELLAR
SOFAC
Sidi Ali
DARI
MUTUAIDE
BODYCROSS
SPOT
TV5MONDE
TERRES D'AVENTURE
Royal Air Maroc
TGCC