Marathon des sables

Portraits

Amine KABBAJ (MAR)

« Ce que j'ai appris c'est de ne jamais abandonner »

C’est reparti pour un 13e MARATHON DES SABLES pour Amine KABBAJ, cet adepte de la course à pied de 68 ans. Pour lui courir est avant tout un plaisir. « On me dit souvent ce n’est plus de mon âge, mais je suis sûr que le corps humain, mental et physique, a des capacités incroyables pour progresser à tout instant de sa vie. Alors surtout, ne jamais abandonner ! »

Amince KABBAJ

En 1997, il se souvient parfaitement du premier appel du désert du Sahara sud marocain. Les conditions y étaient plus difficiles, notamment les multiples arrêts pour vider le sable de ses chaussures qui le font sourire aujourd’hui. « Depuis, l’équipement indispensable [sac, chaussures et chaussettes] est bien plus adapté au désert. Nous vivons mieux l’autosuffisance alimentaire. C’est plaisant de trouver dans les commerces une nourriture déshydratée plus variée. » Fini les basiques pâtes et soupes de l’époque pour laisser place à des plats asiatiques, des tajines ou du couscous à savourer en compagnie de ses camarades autour d’un feu de bois. Aussi, cet architecte de formation endosse souvent le rôle de conseiller auprès des concurrents vu son expérience du MDS (12 participations). Alors que certains de ses compatriotes préfèrent préparer leurs pieds en les durcissant avec du henné par exemple, il opte, lui, pour la souplesse de la peau. Son produit miracle : du beurre de karité. Cela protège aussi bien les orteils que la plante des pieds.

Amine KABBAJ

Des anecdotes, des moments inoubliables, magiques, d’entraide et de solidarité, ce sportif marocain les partage sans s’en lasser. « En 1998, un soldat anglais qui avait sauté sur une mine anti personnelle a couru avec des prothèses à la jambe et au bras droit. A chaque arrivée d’étape, on nous prévenait pour l’accueillir et l’applaudir. J’avais à chaque fois la chair de poule. Après cet exploit, il a allumé la flamme olympique à Nagano. La même année, on pouvait admirer tous les soirs la comète de Haley. C’était extraordinaire car dans le désert le ciel est  limpide. En 2014, je me souviens de Jean, un français qui a le vertige. On traversait une sorte de crête avec du vide à droite et à gauche. Je l’ai accompagné pendant près d’une heure. Il fermait les yeux et je lui tenais la main dès que le vertige reprenait jusqu’à ce que le terrain soit plus praticable. Le lendemain, surpris, j’ai reçu un tas de courriers de remerciement et soutien de la part de sa femme, ses enfants, ses parents et ses amis. »

« Lors de mon dernier marathon en 2015, au début de la grande étape sur deux jours, ça y est, j’ai dit stop, j’abandonne ! C’est grâce à Mohamed AHANSAL et Samir KABBAJ que j’ai réussi à terminer la fameuse étape longue. AHANSAL m’a encouragé en insistant pour avancer au moins jusqu’au premier check point. Il me disait après si tu veux toujours abandonner, et bien abandonne… Arrivant au premier CP, on me dit vous avez un courrier ! C’était un papier de Samir complétement chiffonné où il y avait écrit : « je t’aime, ta femme t’aime et tes enfants t’aiment ! » et puis un nouveau courrier au CP2, au CP3, au CP4… et puis CP5, plus rien jusqu’à l’arrivée… » Ce sont la confiance et la foi de ses amis qui ont aussi fortifié la sienne ! Une sorte de contamination positive de bonnes ondes. En courant, Amine avoue qu’il n’a jamais eu peur ! Il y a quelque chose de brave et divin qui s’installe. Quand on y ajoute cette sensation de retrouvailles avec soi dans le désert, cette plénitude est unique à vivre !

Une année, Amine KABBAJ a également vécu les coulisses du MDS en tant que bénévole. Il s’était inscrit pour courir mais suite à une blessure au tendon d’Achille, il a choisi de vivre l’aventure en backstage. « L’organisation est une machine impressionnante : la sécurité, la surveillance l’équipe médicale avec son hôpital de campagne… et Patrick BAUER, l’organisateur du MARATHON DES SABLES qui est un prophète, un messie du bien-être… Regardez Christian GINTER, ça va être le 35e anniversaire cette année et il y sera présent pour la 33e fois ! Ça veut tout dire, non ? J’ai hâte d’y être après 5 ans d’absence suite à un souci de santé. Ca y est, maintenant c’est du passé. Et après pourquoi pas le refaire, un peu plus tard. J’adore le désert et son appel est incroyable ! »

Portraits
qui pourraient
vous intéresser
#MDS

Sandrine et Marc PRIGENT (FRA)

« Si à 50 ans t’as pas fait le MDS… »

Junichi OKUBO (JAP)

« C’EST L’ANNÉE OÙ JE DOIS RÉALISER MON RÊVE »

Alice, Agnès & François LARATTA (D0070-D0069-D0071-FRA)

TOUS ENSEMBLE SOUS LA LIGNE D’ARRIVÉE

Emmanuelle ROMANZI (FRA)

« SOURIRE AUX LÈVRES, TOUJOURS »

Sally WELLOCK (D0660-GBR)

« NOUS VOULONS VOIR JUSQU’OÙ NOUS POUVONS ALLER »

Un grand Merci

à nos prestataires, partenaires, supporters,bénévoles

SPOT
Total
TV5MONDE
OCP
MUTUAIDE
BODYCROSS
TERRES D'AVENTURE
OFFICE NATIONAL DU TOURISME MAROCAIN
Volkswagen
SIR Tracking
Six pro
Sidi Ali