Marathon des sables

Portraits

« L’essentiel c’était d’être au départ »

Patrick LOCQUET (D97–FRA)

À 67 ans, Patrick revient pour la troisième fois sur le MDS. Après un succès en 2011, l’édition 2021 l’avait très rapidement malmené ; malade, Patrick avait été contraint de stopper. Touché dans la même année par un Covid long puis un AVC, Patrick a tout fait pour être de nouveau sur pied.

« Je pense que je n’ai jamais été aussi bien préparé pour une course. J’ai fait tout ce qu’il fallait en tenant compte de mes capacités, qui ne sont plus ce qu’elles étaient. Les soucis de santé sont passés par là, mais l’essentiel pour moi c’était d’être ici au départ dimanche matin pour une nouvelle aventure. Je pars dans l’optique de le faire en marchant, mais je ne m’interdis pas de courir un peu sur les deux dernières étapes si j’en ai encore la possibilité. Je trouve qu’on commence en douceur, les deux premières étapes ne sont pas trop dures. La troisième va être difficile, et il ne faudra pas tout donner parce qu’il reste encore une grosse étape après. En plus, je cours pour un petit garçon, Tom, qui est atteint d’une maladie génétique rare. Ça me donne une raison supplémentaire de faire le MDS. Quand j’aurai des coups de mou, je penserai à Tom qui lui, je le sais, en a de très gros. »

Portraits
qui pourraient
vous intéresser
#MDS

Christine LEDUC (FRA)

« Le MDS c’est comme un bon shoot »

Alix NOBLAT (FRA)

"Je vais aborder le MDS en mode guerrière et avec le sourire !"

Mohamed EL MORABITY (MAR)

Le petit frère qui a tout d’un grand

Aziza RAJI (D630-MAR)

UN RETOUR GAGNANT ?

« Je voulais revenir pour la magie de l’événement »

Sarah GREY (D188–SWE)

Un grand Merci

à nos prestataires, partenaires, supporters, bénévoles

OFFICE NATIONAL DU TOURISME MAROCAIN
OCP
AÏN ATLAS
Volkswagen
SOFAC
DARI
TGCC
WAA ULTRA
i-Run distributeur Garmin
TV5MONDE
XALUCA