Marathon des sables

Portraits

Edivaldo MACIEL (BRA)

« C’était un mélange d’émotion, de prudence et de concentration »

Amateur de sport depuis toujours, Edvaldo MACIEL a participé au MARATHON DES SABLES pour la première fois en 2023 : « Savoir que l’on va participer au MARATHON DES SABLES, c’est un mélange de joie et d’anxiété, car on sait que le voyage jusqu’à la ligne d’arrivée va être long ! » Edvaldo s’est entraîné intensément : course à pied, musculation, physiothérapie, accompagnant tout ceci d’une nutrition adaptée. Hommes d’affaires et organisateur de courses, Edvaldo est compétiteur dans l’âme et ne se voyait pas aller au MDS « juste pour voir ».

La préparation d’Edvaldo a également été mentale et logistique : « En plus de préparer mon corps, j'ai aussi préparé ma tête et beaucoup lu sur l'événement, j'ai fait des tests avec nourriture et sac à dos pour que tout se passe comme prévu. » Les deux premiers jours ont servi au Brésilien à s’acclimater, à la fois au désert, mais aussi au fait d’être dans un environnement totalement différent : « Être loin de la famille, des amis et dans un pays qui ne parle pas la langue et avec une culture totalement différente de la sienne. »

Cette année, l’aventure a débuté directement : « J'ai assisté à deux tempêtes de sable, et j’ai compris que le désert serait toujours plus fort, et que je devais suivre mon plan avec une attention redoublée. Dans la tente, vivre avec les autres participants n'aurait pas pu être mieux. Je me suis fait de grands amis lors de l'événement, des amis que j'emmènerai avec moi pendant le reste de ma vie… »

Pendant la course elle-même, le Brésilien a géré prudemment sa progression, son alimentation, ses paramètres corporels : « C’était un mélange d’émotion, de prudence et de concentration. Le jour le plus dur pour moi a été le troisième jour, il était difficile de développer un bon rythme sachant que le lendemain serait une longue journée. »

Malgré sa progression rapide – il terminera 68e au classement général –, Edvaldo prend le temps de regarder ceux qui l’entourent : « J'ai beaucoup vu ça au MDS, des gens se surpassant, se challengeant, faisant tomber des barrières, franchissant des obstacles, c'était sensationnel et inspirant... » Son conseil pour tous les futurs participants de la 38e édition ? « Testez votre matériel, préparez vos chaussures et guêtres avec grand soin, ne négligez pas votre alimentation et votre hydratation, et surtout essayez de vous entraîner aux heures les plus chaudes de votre ville, c'était fondamental pour mon résultat ! »

Portraits
qui pourraient
vous intéresser
#MDS

Sally WELLOCK (D0660-GBR)

« NOUS VOULONS VOIR JUSQU’OÙ NOUS POUVONS ALLER »

COURIR AVEC

« Une contagion positive sur la richesse de la diversité »

ROBERT BROWN (GBR)

« Ça semblait incroyable, j’ai voulu le faire à mon tour »

« Le MDS, c’est vraiment un autre sport »

Yohann STUCK (D851–FRA)

Hassna HAMDOUCH (MAR)

« Je souhaite voir plus de Marocaines sur les lignes de départ. »

Un grand Merci

à nos prestataires, partenaires, supporters, bénévoles

OFFICE NATIONAL DU TOURISME MAROCAIN
OCP
AÏN ATLAS
Volkswagen
SOFAC
DARI
TGCC
WAA ULTRA
i-Run distributeur Garmin
TV5MONDE
XALUCA